Site personnel (ouvert aux commentaires) parlant essentiellement des thèmes suivants : CSS (cascading style sheet), Design Web (création de site internet), Geek, Mac, Apple, Photo, Vidéos, Flash, Droit, Vie en communauté, Responsabilité et d'actualité. Désolé pas de photos porno, pas de publicité, ni de fenêtre popup, on vous aura mal renseigné...
Romain.info Monologue extérieur
admin

2013/10/12

Le monde du travail vu par Philippe Le Ray

CV-Philippe

Cette semaine, pour ceux qui auraient raté l’incident, un député (peu importe son parti pour ce qui va suivre) s’est permis de caqueter pendant qu’une députée (peu importe là encore son parti) avait la parole. Pour ceux qui l’auraient oublié, le sens figuré de caqueter signifie “bavarder, parler d’une façon importune de choses insignifiantes”.

Bref, Philippe Le Ray a dénigré l’intervention d’une collègue de l’assemblée.

Concernant les accusations de sexisme, je n’y crois guère, car il aurait tout aussi bien pu caquetter pour perturber le temps de parole d’un député, le sens figuré reste inchangé. J’ai pu lire aussi que son comportement était à imputer à l’alcool qu’il aurait consommé en trop forte dose avant de revenir dans l’hémicycle.

En conséquence, il a été décidé de le sanctionner en le privant d’un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois, ce qui représente une sanction financière de 1.378 euros. Il ne lui restera donc que 4.134 euros le mois prochain, au lieu des 5.512 euros habituels.

Toute cette longue introduction n’a pour seul objectif que de rappeler à Monsieur Philippe Le Ray qu’il a bien de la chance de travailler à l’Assemblée et non dans une entreprise privée lambda. Si je devais me pointer en réunion professionnelle, dénigrer en caquetant l’intervention d’une personne (que j’ai des affinités avec elle ou pas) et me comporter visiblement comme si j’avais trop arrosé mon repas du jour, je ne perdrais pas seulement le quart de mon salaire pendant un mois, mais son intégralité définitivement.

Sous prétexte que l’attroupement aurait pu permettre de dissimuler sa muflerie, je viens d’avoir la démonstration par l’exemple que les incivilités et les comportements non professionnels ont une place possible au sein de l’Assemblée Nnationale. Je ne remercie pas Monsieur Philippe Le Ray pour ce rappel. J’attendais un comportement irréprochable à ce niveau de fonction.

Je ne peux non plus m’empêcher de remarquer que la page du député Philippe Le Ray sur le site de l’assemblée semble indiquer qu’il était actif en novembre 2012 pour décortiquer un rapport de l’inspection générale des finances et demander ce que le gouvernement comptait faire point par point, et qu’il aura fallu attendre octobre 2013 pour le voir travailler de nouveau à obtenir des explications sur un rapport de la Cour des comptes cette fois. En pendant ce temps, hormis caqueter, il faisait quoi cet agriculteur exploitant ? Moi en tout cas je travaillais, sobrement et professionnellement.

Blog 15:08

2013/08/27

La vitesse est limitée sur les autoroutes allemandes

Panneau de fin de limitation allemand

En Allemagne, lorsqu’on circule sur une Bundesautobahn ou Autobahn, bref sur ce qu’on appelle communément une autoroute (2 fois 2 voies et un terreplein central avec une double glissière de sécurité) on entend souvent dire qu’il n’y a pas de limitation de vitesse. C’est en tout cas ce que je croyais avoir compris, mais c’est faux ! Si vous prenez ma voiture, vous constaterez que vous ne pouvez pas dépasser les 220 km/h.

Blog 10:59

2012/09/22

Demandez-nous tout de suite, on s’en occupe plus tard !

C’est en fait chronique. Il y a dans la structure actuelle de la sécurité sociale tous les ingrédients pour que les réponses à apporter à des problèmes contemporains prennent une durée suffisante à se réaliser pour que les contemporains ne puissent en bénéficier que quelques années plus tard. La vieille dame évolue, avance avec son temps, mais avec un décalage qu’elle ne parvient pas à rattraper. Pour illustrer mon exemple (je sais, l’illustration par l’exemple est la pire, car on trouve toujours un contre-exemple et le débat n’en finit plus), ou plutôt pour affirmer péremptoirement mon postulat, je vous présente : l’assurance maladie à l’heure du web.

Vous souhaitez vous connecter sur le compte Ameli (acronyme de Assurance Maladie En LIgne) que vous avez eu la bonne idée de créer, comme bon nombre d’humains du 21e siècle d’un pays développé que vous êtes, afin de vous éviter des déplacements (souvent) frustrants à un guichet de l’assurance maladie. C’est un service qui offre un gain de temps appréciable compte tenu des heures d’ouverture des bureaux de la Sécu qui ne permettent qu’aux chômeurs et aux retraités de les fréquenter (note pour la Sécu : penser à adopter une approche orientée client/financeur à l’avenir). Mais voilà, comme le site ne permet pas à votre fureteur de retenir le mot de passe, que vous n’y allez pas non plus tous les jours, et que vous avez pour habitude sécuritaire de n’attribuer qu’un seul mot de passe par site, plutôt que d’avoir un mot de passe pour tous les sites que vous fréquentez, bref, vous avez oublié une partie du sésame. Heureusement, vous avez précisé une question secrète lors de votre inscription, car dans le cas contraire, l’envoi d’un mot de passe temporaire se fait par courrier postal. Ravi de cette fonctionnalité, vous vous félicitez de votre sens de l’anticipation, et après avoir répondu à votre question secrète, le site de l’assurance maladie vous confirme l’envoi de votre mot de passe confidentiel temporaire… dans quelques heures ! La sécu ? What else…

Blog 11:45

2012/08/29

Un réfrigérateur qui fonctionne sans électricité

Zeer pot

Cela fait bien longtemps que je n’ai rien posté, et aujourd’hui je me suis décidé à m’y remettre. Cette fois pour mettre en avant une trouvaille particulièrement ingénieuse qui permet de faire du froid avec simplement la chaleur écrasante du soleil. Je reviens de la côté d’azur au mois d’août, et pour avoir vécu des conditions extrêmes de chaleur, ce système me parait tout à fait digne de mention, et il n’est pas exclu que j’en fabrique un moi-même pour épater tout le monde au camping ;)

Pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage, vous pouvez consulter le schéma de réalisation. Il est aussi possible de réaliser ce dispositif avec deux pots de fleurs de taille différente. Le principe reste le même.

Boustifaille Ecolo 16:39

2011/07/11

Oui je suis pratiquant ! Et alors ?

Arène

J’y pense tous les jours, j’y crois fermement, je fais preuve de prosélytisme quand je le peux, tous les dimanche (et les samedi) je me rends dans différents lieu de rassemblement où l’on pratique nos activités, dans le respect des écritures qui fondent notre mouvement, guidé en cela par un officier en tenue rouge auquel nous devons une déférence entière et qui s’assure de leur respect et cadence le cérémoniel. Il est parfois épaulé dans ces fonctions par des individus en tenue verte qui procèdent à un rituel plus confidentiel, à la fois éducatif et qualifiant, par petit groupe, guidant chacun vers le chemin le plus juste. Je verse régulièrement mon obole, ma contribution pour faire grandir le mouvement, ceci à chaque rassemblement. Mes efforts payent d’ailleurs puisque le nombre de pratiquants ne cesse de grandir, je suis fidèle à ma communauté, cependant moins que d’autres que moi qui y trouvent régulièrement leur âme soeur (on connaît Darwin, mais on ne va pas trop se mélanger quand même).

Tout ça je le sais, inutile de prêcher un convaincu, cependant c’est agréable de lire que mon sentiment d’isolement dans cette société n’est une impression diffuse, mais a fait l’objet d’études tout à fait scientifiques dans leur portée. Ainsi, comme 8 % seulement des français de 15 ans et + je suis un pratiquant compétiteur intensif en club d’une ou plusieurs activités physiques ou sportives. Il n’y a pas de secret, l’âge, le sexe, le revenu, le diplôme possédé et la catégorie socioprofessionnelle sont des facteurs prépondérants dans la relation que nous entretenons avec l’activité physique ou sportive. Les hommes déclarent plus de pratique sportive (remarquez la subtile nuance, on ne les qualifie pas de plus sportif pour autant), et seulement une femme sur 10 se déclare compétitrice. Ce ne sont que les premiers résultats, mais j’attends la suite.

Blog 23:10

2011/04/18

Même mon euro-députée me spamme !

Spam

Aujourd’hui, comme cela m’arrive plusieurs fois par jour, j’ouvre ma boite courrier électronique pour consulter mes messages. Parmi les informations intéressantes et utiles, les échanges familiaux et les participations associatives se glissent toujours du spam, et d’ordinaire mon logiciel de messagerie arrive à faire le ménage tout seul.

Petit rappel rapide sur la définition de spam :

Le “spamming” ou “spam” est l’envoi massif, et parfois répété, de courriers électroniques non sollicités, à des personnes avec lesquelles l’expéditeur n’a jamais eu de contact et dont il a capté l’adresse électronique de façon irrégulière.

C’est donc avec curiosité que j’ai ouvert un message de Sophie Auconie, que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam (ou peut-être bien que je l’ai croisée à une soirée jeune chambre économique…), en tout cas il est certain que nous ne sommes pas familiers au point de nous être échangé nos adresses électroniques ! Son message est intitulé : “L’AGENDA DE VOTRE DEPUTEE EUROPEEN”.

Je passerai rapidement sur le fait que les lettres majuscules sont normalement accentuées, car la grammaire française est très difficile, et les écrits de l’académie française trop rarement consultés sur ce point.

Mais pourquoi m’agresse-t-elle ? Le RFC 1855 (qui fixe les règles de la Netiquette, et date d’octobre 1995…) recommande en effet d’utiliser :

des minuscules et des majuscules. LES MAJUSCULES DONNENT L’IMPRESSION QUE VOUS CRIEZ.

Toute députée qu’elle soit, elle ne semble déjà pas être suffisamment bien entourée pour être conseillée sur ces suggestions de présentation édictées il y a déjà 10 ans… C’est dommage, d’autant que ce n’est pas le seul oubli. En effet, ce courrier m’a été adressé sur ma boite personnelle. En référent Commission Informatique et Liberté que je suis, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que le formalisme minimal requis pour collecter mon adresse n’avait pas été respecté non plus. Ces règles sont sans doute aussi vieilles que la loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée le 6 août 2004. Cette loi est relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. En substance il y est dit que les données personnelles doivent être :

[…] collectées pour des finalités déterminées, explicites et légitimes et ne sont pas traitées ultérieurement de manière incompatible avec ces finalités (2° de l’Art.6)

Mais tout n’est pas sombre, car il m’est tout de même possible de me “désabonner”. Quoi ? Parce qu’en plus je suis abonné à son agenda ! Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? En effet, au bas de son message on peut lire :

Si vous ne souhaitez plus recevoir notre e-mail d’information, il vous suffit de répondre à ce mail en inscrivant dans l’objet du message : demande de désabonnement.

Le principe retenu semble donc être ce qu’on appelle un opt-out. On vous envoie un courrier que vous ne souhaitez pas, et pour ne pas recevoir les suivants, vous devez marquer votre désaccord. Facile. Un bon moyen pour vous pourrir votre boite à lettres rapidement. Seulement ce principe n’est reconnu que pour vos adresses professionnelles, et n’est pas recevable pour ma petite adresse personnelle, tel que l’explique de façon un peu confuse l’article 22 de la LCEN (loi sur la confiance dans l’économie numérique) :

Sans préjudice des articles L. 33-4-1 du code des postes et télécommunications et L. 121-20-5 du code de la consommation tels qu’ils résultent des I et II du présent article, le consentement des personnes dont les coordonnées ont été recueillies avant la publication de la présente loi, dans les conditions prévues par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, à l’utilisation de celles-ci à fin de prospection directe peut être sollicité, par voie de courrier électronique, pendant les six mois suivant la publication de la présente loi. À l’expiration de ce délai, ces personnes sont présumées avoir refusé l’utilisation ultérieure de leurs coordonnées personnelles à fin de prospection directe si elles n’ont pas manifesté expressément leur consentement à celle-ci.

Pour clarifier et remettre en contexte, depuis le sixième mois suivant la promulgation de cette loi (c’est-à-dire depuis le 21 décembre 2004) il est interdit à une eurodéputée de me solliciter par voie de courrier électronique si je n’ai pas donné mon accord explicite pour qu’elle utilise mes coordonnées personnelles.

Merveilleux ! Mais alors, ce petit point de loi clarifié, n’y a-t-il pas quelques obligations formelles lorsqu’on créé ainsi un fichier d’individus qui ont donné leur accord explicite pour être contacté ultérieurement par leur eurodéputée ? Fausse question, puisque c’est une évidence. A minima, le message doit contenir une référence à la Loi qui encadre son exercice :

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données personnelles vous concernant.

Encore un oubli ? On peut regretter à nouveau qu’une eurodéputée ne soit pas plus vigilante, car après tout le droit français n’est que la déclinaison d’un ensemble de lois adoptées au niveau européen, tel qu’en témoigne l’article 13 de la Directive 2002/58/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 juillet 2002 concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (directive vie privée et communications électroniques)…

On pourra objecter à juste raison qu’il ne s’agit pas de prospection. Je ne questionne pas cela. Cependant, mon adresse personnelle est comme son nom l’indique : personnelle. Or, n’ayant pas diffusé cette dernière à mon eurodéputée, elle l’a acquise par je ne sais quel biais, détournant mon adresse du traitement final pour laquelle je l’avais destinée. Sur cette base, elle me doit des explications. Et celui ou celle qui lui a fourni aussi.

Blog Geek 21:02

2010/07/16

C’est la crise, c’est chacun pour soi…

Vol dans les supermarchés

Petite scène de la vie (presque) quotidienne croquée dans un supermarché aujourd’hui. Je me dirige au rayon des fruits (oui, je sais, pourquoi je vais acheter mes fruits dans les supermarchés ?…), je sélectionne des pommes et je me dirige vers ces petites balances électroniques qui vous délivrent un prix au travers d’une interface graphique. Devant moi une dame dans la quarantaine pèse des tomates allongées. Elle repère dans les menus la variété qu’elle a acheté, sort l’étiquette, puis hésite un instant, ne remarque sans doute pas ma présence et repose ses tomates sur la balance puis édite une étiquette en sélectionnant la variété “à farcir”, sans doute moins chère dans son esprit. elle compare les deux étiquettes et pose finalement celle qui est la moins chère (tomates allongées en l’occurrence).

Certes elle n’a rien commis d’illégal à ce stade, mais dans l’esprit de sa démarche, il y a quelque chose de foncièrement malhonnête. Me lamentant encore sur son peu de civisme, je repère quelques cerises en vrac qui ne demandent qu’à ce que je les emmène… Je prépare mon sachet et à côté de moi un homme dans la vingtaine qui vient d’en remplir un sac et qui revient de la balance électronique fait une pause, ouvre son sac et rajoute une grosse poignée, pour la route sans doute. Pourtant, il ne refera pas un passage par la balance électronique.

Je comprends désormais pourquoi les fruits sont si chers dans les supermarchés, je paye entre autres pour les “pertes” enregistrées… Je suis sans doute un imbécile pour ne pas penser une seconde à contrer les hausses de prix par des vols en proportion.

2010/06/30

Une Peugeot en pièces

Casse

22 août 1991. C’est la date de mise en circulation de ma voiture, une magnifique Peugeot 205. Un véhicule fiable, acquis pour la somme dérisoire de 1 €, increvable, et pour lequel il est encore possible de se procurer quelques pièces bon marché dans les casses.

Je viens de comprendre hier pourquoi c’est encore possible. Pendant la nuit de lundi à mardi quelques personnes fort mal éduquées ont profité de mon profond sommeil pour ouvrir sauvagement la porte de mon véhicule, et le dépouiller de certains éléments du tableau de bord que je ne savais même pas dissociables. Ces barbares mesquins ont même emporté la plupart de mes ampoules après avoir enlevé les cabochons. A côté de mon véhicule étaient stationné Prius, Mégane, Clio, bref des voitures que j’aurais pensé plus attractives et auprès desquelles je me sentais justement en sécurité, car tout en bas de la chaine alimentaire des prédateurs habituels. Ces énergumènes manquant à la fois de sens civique et d’hygiène des mains, ils nous ont gratifié quand même de quelques magnifiques empreintes digitales que les services de la Police Nationale sont venus relever, NCIS style

En août 2011, ma voiture sera officiellement un véhicule de collection. Je crois qu’il faut que je songe à installer une alarme sur mon véhicule, non pas pour le protéger d’un éventuel vol mais pour être certain d’avoir encore toutes les pièces pour pouvoir m’en servir… Peut-être que je peux imputer les coûts de ce système au titre de l’article 700 du Code de procédure civil ?

Blog 20:18

2010/06/22

Quelle motivation avons nous au travail ?

Motivation

Après des années à parler essentiellement de ma vie qui n’a plus grand chose de privée, je constate que je n’arrive pas à me passer une fois encore de l’exercice impudique qui consiste à livrer mes impressions, cette fois-ci sur un process professionnel dont je ne cerne pas encore tous les contours.

Pourtant il y a quelque chose de passionnant dans les propos tenus par Dan Pink au sujet de la motivation (sous-titrage français disponible) :

Je retiens notamment de ses explications que l’argent est un très mauvais motivateur professionnel et que travailler plus (vite) pour gagner plus (vite) ne fonctionne que pour des tâches où aucun sens cognitif, même rudimentaire, ne doit être sollicité. Il est donc inutile et contre-productif d’envisager de donner des primes, d’accorder des stocks-options pour espérer motiver son personnel (qui appréciera certainement le geste cependant). La motivation du personnel réside dans ce triptyque fondamental :

Autonomie
le désir diriger nos propres vies
Maîtrise
l’aspiration à se surpasser sur un domaine qui nous importe
Pertinence
l’envie de faire ce que nous faisons au service de quelque chose qui nous dépasse

En somme et si je le comprends bien, ce serait dans le monde idéal l’atteinte du résultat qui conditionnerait la récompense (qui reste financière ne nous y trompons pas), peu importe le reste. Il ne s’agit donc pas ici d’un système que je connais fort bien où la rémunération est entièrement basée sur l’atteinte d’un quota fixé d’heures à accomplir sur le lieu de travail hebdomadairement/mensuellement, pointeuse à l’appui s’il le faut ? C’est sans doute un peu extrême, mais on peut imaginer que dans le système décrit pas Dan Pink, sans résultat, point de salaire ? Une petite révolution à faire passer qui conduit certainement à responsabiliser davantage les employés, mouvement auquel je ne voudrais certainement pas m’opposer. Tout l’enjeu devient alors de négocier le calendrier de réalisation, de décrire précisément l’objectif attendu, de décliner les critères de réussite et de pouvoir ainsi déterminer avec certitude l’atteinte de l’objectif fixé. Ce n’est rien d’autre qu’une démarche processus, il n’y a donc pas de dépaysement brutal ici…

Sans aller dans la conduite que je trouve difficile à appliquer en France du Result Only Work Environment (ROWE), ce seraient sans doute des éléments qui mériteraient d’être creusés lors d’un entretien pour un prochain poste.

Blog 21:32

2010/02/21

Comment ajouter l’outil de recherche Bing à Camino

Bing

Vous êtes les heureux utilisateurs de Camino, mais malgré vos tentatives il est impossible d’ajouter directement l’outil de recherche Bing dans vos outils de recherche par défaut. Rien n’est impossible et voici comment faire.

Dirigez vous vers votre dossier /Users/"votre compte"/Library/Application Support/Camino et ouvrez avec Textedit (ou un logiciel identique) le fichier WebSearchEngines.plist.

Ensuite, insérez dans le fichier le code suivant :
<dict>
<key>SearchEngineName</key>
<string>Bing</string>
<key>SearchEngineURL</key>
<string>http://www.bing.com/search?q=%s&go=&form=QBRE&filt=all</string>
</dict>

Enregistrez vos modifications, et pour finir redémarrez Camino.

Geek Mac 15:58